Infos Mode

À Milan, Giorgio Armani revient sur son héritage


Rares sont les créateurs à pouvoir se vanter d’une carrière aussi remarquable que celle de Giorgio Armani. La dernière présentation du couturier italien, diffusée samedi en ligne, était d’ailleurs précédée du récit aux accents épiques de son trajet unique dans le monde de la mode. Plus personne ne pourra l’accuser de fausse modestie.
 

Giorgio Armani – Printemps-Été 2021 – Prêt-à-porter féminin – Milan – Photo : Giorgio Armani – Foto: Giorgio Armani

Si Giorgio Armani a choisi de n’organiser aucune présentation physique pendant la Fashion Week de Milan, il a orchestré une version numérique du défilé de sa dernière collection signature. Celui-ci était introduit par une mini-biographie vidéo de 15 minutes, centrée sur sa marque et son processus créatif, et intitulée Timeless Thoughts.

C’est l’acteur italien Pierfrancesco Favino qui a prêté sa voix pour narrer quelques-uns des plus grands succès du créateur, depuis ses débuts de tailleur jusqu’à sa philosophie créative.

“Je voulais faire évoluer ma vision de la femme, sans la trahir”, confie ainsi Giorgio Armani, qui ressemble à une star de cinéma d’il y a 40 ans.

La vidéo présente des dizaines de couvertures de magazines mettant le créateur à l’honneur, et même une publicité pour HSBC, sans compter les innombrables photos de célébrités arborant ses créations — le tout entrecoupé d’interviews d’Isabelle Huppert, Juliette Binoche, Julia Roberts, Cate Blanchett et du maire de Milan, qui font l’éloge du créateur.

“Il a entamé sa révolution avec la veste de costume, déconstruite et transformée une sorte de seconde peau… sans jamais donner l’impression d’être déguisé”, analyse avec justesse Pierfrancesco Favino.

La vidéo “Timeless Thoughts” de Giorgio Armani

 
“Les étoffes sont toujours douces, les couleurs toujours neutres… depuis 1975, soutenu par son unique partenaire Sergio Galeotti, il a décidé d’habiller de vraies personnes”, entonne la voix veloutée de l’acteur.

Jusqu’à la soirée “One Night Only”, et son soutien au mouvement (RED) de Bono, les multiples inaugurations d’hôtels Armani et l’impact mondial de American Gigolo, qui a permis à Giorgio Armani d’habiller tout le Gotha d’Hollywood après avoir créé tous les costumes de Richard Gere dans le film.

Par contraste, la collection présentée à la suite de la vidéo semblait un peu timide. Si la présentation était parfaitement correcte, en particulier pour le prêt-à-porter masculin, au bout du compte, ce n’était pas tout à fait un grand cru.

Contre un mur gris mastic, Giorgio Armani a dévoilé des looks purs et fluides pour les femmes — des vestes déconstruites et légères comme des plumes, des boléros sans revers, des sarouels langoureux aux imprimés abstraits, et quelques merveilleuses robes fleuries d’influence asiatique. Sans jamais manquer de la fluidité majestueuse caractéristique de la marque italienne.

Côté prêt-à-porter masculin, des séducteurs négligés mais malicieux, qui rappellent pourquoi tant d’hommes apprécient les tailleurs de Giorgio Armani : pour leur capacité à les transformer en séduisants hors-la-loi.

Des vestes croisées élégantes, des tuniques de dandy et des gilets en soie croisés impeccables, le tout coupé dans de magnifiques tissus légers mais structurés. Les mannequins déambulaient sur un podium métallique devant de gigantesques images de déserts et de montagnes, déclinées là encore dans des teintes neutres.

Giorgio Armani – Printemps-Été 2021 – Prêt-à-porter féminin – Milan – Photo : Giorgio Armani – Foto: Giorgio Armani

 
La collection allait si bien aux mannequins qu’on aurait pu croire qu’il s’agissait de vêtements “couture”, taillés sur mesure, ajustés sur chaque morphologie. Une manière de rappeler que si l’esthétique de Giorgio Armani semble encore très attachée aux années 1980 et 1990, son sens du tailleur n’a pas d’équivalent aujourd’hui. Une belle réussite pour ce créateur de 86 ans. 

Enthousiasmés par la biographie et la vidéo, certains admirateurs de la marque se sont même mis à poster sur les réseaux sociaux le générique d’ouverture de American Gigolo, où l’on peut voir Richard Gere descendant la Pacific Coast Highway dans sa Mercedes 350, après une mission auprès d’une riche cliente.

Visiblement, Giorgio Armani est bien vivant et entend le faire savoir.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com



Source link

Autres articles

La London Fashion Week dévoile le calendrier provisoire de sa première édition 100 % numérique

info mode

La jeune création s’affiche à Paris avec Anrealage, Dawei et Ottolinger

info mode

Leandro Cano et Arturo Obegero font défiler la culture espagnole à Paris

info mode