Image default
Infos Mode

Balenciaga s’offre les Chevaliers de la Table Ronde pour l’automne 2021


Traduit par

Clémentine Martin

Publié le



8 déc. 2020

Dimanche après-midi, Balenciaga a innové avec un nouveau format de défilé. Loin des podiums parisiens, la maison a présenté un jeu vidéo personnalisé nommé « Afterworld: The Age of Tomorrow ». Il fallait s’armer de patience pour accéder au jeu, et les invités étaient accueillis avec le message: « Veuillez patienter pour accéder au jeu (votre numéro dans la queue est indiqué ci-dessus). Merci de ne pas actualiser cette page ».

Balenciaga automne 2021 – Balenciaga

Une fois averti, il ne restait plus qu’à attendre, un cappuccino en main, avant d’entrer dans la vision du futur de Balenciaga. Une horloge digitale permettait de connaître sa place dans la queue. Une fois que l’on y était enfin admis, l’architecture du jeu se révélait être un décor de boutique moderniste, mêlant bunker en béton, Eldorado futuriste et jardin urbain.

En se déplaçant, on pouvait s’offrir une visite de la boutique, dont le design rappelait celui du flagship parisien de Balenciaga. Ce dernier est installé dans un ancien garage de la rue du Faubourg Saint-Honoré, et se distingue par un sol graphique, des étagères très brillantes en acier inoxydable et des cintres high-tech.

Dispersés dans ce monde virtuel, des mannequins et des avatars portaient la collection automne 2021 imaginée par le directeur créatif de Balenciaga, Demna Gvasalia. Une nouvelle série de pièces graphiques du designer géorgien, avec des costumes en laine oversize de rock-star, des blazers en calicot impeccables, des trenchs immenses paraissant trois tailles au-dessus, des manteaux d’espion aux épaules surdimensionnées, le tout avec des manches rallongées jusqu’au bout des doigts.

Balenciaga automne 2021 – Balenciaga

Presque tous les mannequins portaient des éléments d’armure chevaleresque, comme des jambières, des solerets ou des cuissards. Ils étaient réimaginés dans des matériaux laqués bien plus légers que l’acier traditionnel, et tous les mannequins posaient comme s’ils étaient prêts au combat dans le jeu Age of Tomorrow de Demna, comme une armée de Lancelots du Lac revisités.

La collection n’est pas dépourvue d’intérêt, ni de personnalité. Aucun créateur ne maîtrise autant les volumes que Demna Gvasalia, dont l’esthétique arrive à suggérer une sensation de décontraction et d’héroïsme à la fois.
 
Les adeptes de la « logomania » ambiante s’arracheront les chemises blanches peinturées du nom Balenciaga, ou les sacoches frappées du logo de la NASA. D’ailleurs, les pièces les plus remarquables de toute la collection sont des parkas argentées d’astronautes et des vestes d’aviateur bleues de la NASA.

Balenciaga automne 2021 – Balenciaga

Mais même si cette collection revendique une prise de position forte, ce voyage virtuel paraît être un détour pas forcément nécessaire. Ceux d’entre nous qui sont suffisamment âgés pour avoir été en vie lorsque JFK siégeait à la Maison Blanche vont avoir du mal à s’orienter dans ce jeu vidéo. On termine systématiquement dans des loges en mortier gris ou derrière des buissons. Difficile d’imaginer exactement ce que veut dire ce défilé, supposé être une « allégorie de 2031 ».
 
Il faut cependant saluer l’initiative de la maison, qui a tenté d’inventer un nouveau format en pleine pandémie, alors que les défilés physiques ont tous dû être annulés.
 
Et le Roi Arthur et Christophe Colomb auraient probablement adoré les vêtements. C’est là que réside la véritable prouesse.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com



Source link

Autres articles

Charles de Vilmorin fait ses débuts chez Rochas avec une mode toute en juxtapositions

info mode

Giorgio Armani fait son show à Milan

info mode

Christian Dior: couture fantastique et « fil fantôme »

info mode