Infos Mode

Confinée, Carine Roitfeld organise un défilé “à domicile”, retransmis sur YouTube


En juin dernier, dans le cadre du salon Pitti, Carine Roitfeld avait mis en scène le plus grand défilé de l’année — plus de 3 500 mannequins arpentant un podium installé en haut d’une colline de Florence, le tout dans la lumière dorée du crépuscule : l’image était mémorable. Vendredi à 22 heures, la styliste, rédactrice et icône de mode française organise un événement à la fois beaucoup plus ouvert et beaucoup plus intime : un défilé de mannequins confinés, diffusé sur YouTube.

Carine Roitfeld – Hedi Slimane

En organisant cet événement, Carine Roitfeld soutient l’amfAR, une fondation qui lutte contre le sida — l’ancienne rédactrice en chef du Vogue français met en scène chaque année d’énormes défilés de mode pour agrémenter les fameux galas de l’organisation, à l’Hôtel du Cap à Antibes, qui viennent conclure en beauté le Festival de Cannes, à la fin du mois de mai. Cette année, le défilé servira à collecter des fonds pour soutenir la lutte contre la pandémie de Covid-19. De nombreuses célébrités ont répondu à l’appel de Carine Roitfeld : Kim Kardashian-West, Simon Porte Jacquemus, Hailey Bieber, Adriana Lima, Diane von Fürstenberg, Halima Aden, Virgil Abloh, Alexander Wang, Winnie Harlow, Irina Shayk, Maria Grazia Chiuri, Heron Preston, Miss Fame et bien d’autres encore. Ces personnalités du monde de la mode participeront bénévolement à l’événement, et feront des dons à la fondation américaine.

Rares sont les stylistes qui ont eu une telle influence, un tel impact esthétique sur l’image de mode. Près d’une décennie après avoir quitté son poste chez Vogue, où elle a inventé le concept du porno chic, qui mêle élégance policée et références polissonnes, elle compte 1,7 million d’abonnés sur Instagram. Trois fois plus qu’Emmanuelle Alt, qui lui a succédé à la tête de la publication. Styliste préférée de Karl Lagerfeld, responsable mode du Harper’s Bazaar, Carine Roitfeld a également lancé son propre titre, CR, qui fait aujourd’hui référence, et conseille régulièrement des marques de premier plan. Nous avons posé quelques questions à notre consœur parisienne, pour en savoir un peu plus sur l’événement qu’elle prépare pour vendredi, et connaître son point de vue — toujours iconoclaste — sur la situation actuelle.

FashionNetwork.com : Où êtes-vous actuellement ? Entre amis, ou en famille ?

Carine Roitfeld : Je suis seule chez moi, à Paris.

FNW : Pourquoi ce défilé d’un nouveau genre ?

CR : J’adore organiser ce type d’événement. Après dix défilés annuels pour l’amfAR, et un premier show “CR Runway” à Florence l’année dernière, Vladimir, mon fils et partenaire en affaires, m’a fait une proposition intéressante : allier les forces de ces deux événements pour créer le tout premier défilé virtuel à domicile. Le secteur de la mode est toujours au rendez-vous quand il s’agit de soutenir une bonne cause, et c’est tout à son honneur. D’ailleurs, dans notre industrie, la “tendance” est à la collaboration. Bien entendu, il s’agit d’un événement caritatif. Cette année, tout l’argent recueilli par l’amfAR sera reversé à la recherche contre le Covid-19.

FNW : Comment s’organise un tel défilé ? En faisant des essayages sur Zoom ?

CR : Non, nous n’avons pas fait d’essayage en visio-conférence. Tous les mannequins défilent chez elles, avec ce qu’elles ont trouvé dans leur garde-robe, en suivant les conseils de notre équipe de coiffeurs, maquilleurs et manucures… Pour une fois, ce n’est pas moi qui choisit ce qu’elles vont porter, mais elles. Vu la situation actuelle, nous n’avons demandé aucun produit aux créateurs et aux marques, mais certains vont participer à l’événement ; c’est important d’avoir leur soutien, même de loin.

FNW : Le défilé a-t-il un thème ?

CR : La liberté !

FNW : Où serez-vous au moment du défilé ?

CR : Chez moi, bien sûr !

FNW : Comment la pandémie a-t-elle affecté vos idées créatives ?

CR : Elle ne les a pas affectées. Au contraire, le temps passé seule à réfléchir me permet d’être encore plus créative.

FNW : Quand avez-vous pris conscience de la gravité de la situation ?

CR : Depuis les derniers jours de la semaine de la mode à Milan, nous sentions que la pandémie était sur le point de submerger l’Europe. Les défilés parisiens ont eu lieu quand même, les maisons distribuaient des masques aux invités… Quelques jours après la fin de la Fashion Week de Paris, nous sommes entrés dans cette période de confinement.
 
FNW : Pensez-vous qu’il y aura une Fashion Week en septembre prochain ?

CR : Certaines marques ont déjà annulé leur défilé, et j’imagine que d’autres organiseront des événements en petit ou très petit comité. À mon avis, nous allons devoir nous adapter à une nouvelle réalité.

FNW : De votre côté, vous rendrez-vous aux Fashion Weeks de Londres, Milan, New York et Paris ?

CR : Depuis toujours, j’adore aller aux défilés — tout dépendra de la possibilité que nous aurons ou non de voyager et des directives de nos gouvernements respectifs. Ce ne sera pas une saison comme les autres. Dans certains pays, les aéroports seront peut-être encore fermés.

FNW : À votre avis, quelle mode émergera des défilés de septembre prochain ?

CR : Je pense que les designers sont comme moi, ils ont beaucoup réfléchi pendant cette pandémie et vont proposer une mode d’après-Coronavirus, qui sera pensée différemment.

FNW : Le monde va-t-il changer après la crise sanitaire ?

CR : Ce que je sais, c’est qu’il y aura un après-Coronavirus dans la mode, mais il est encore impossible de se prononcer aujourd’hui.

FNW : Les magazines vont-ils se relever de la crise que nous vivons actuellement ?

CR : Je pense qu’après ces mois passés sur leurs écrans, beaucoup de nos lecteurs auront envie de feuilleter un magazine.

FNW : Le confinement a rappelé l’importance de la famille aux yeux du public. Et pour vous, qui travaillez avec votre fils Vladimir ?

CR : Nous travaillons ensemble depuis quatre ans. Paradoxalement, le fait d’être éloignés nous a encore plus rapprochés. J’espère que cette distance imposée ne sera que provisoire, c’est difficile de ne plus pouvoir voir sa propre famille pendant des mois. Mais nous avons la chance d’être tous en bonne santé. Restez prudents, restez chez vous, et profitez de ce défilé, qui je l’espère arrivera à vous changer un peu les idées ! Et encore un grand merci aux mannequins qui se sont prêtés au jeu, ainsi qu’à mes équipes de toujours — Piergiorgio Del Moro (casting), Tom Pecheux (maquillage), Sam McKnight (coiffure), Mei Kawajiri (manucure), Michel Gaubert (illustration sonore) et Stephen Galloway qui a fait office de fabuleux “runway coach”. Je ne conçois pas la mode sans ce travail d’équipe.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com



Source link

Autres articles

La Fashion Week virtuelle de Milan célèbre joie et vitalité

info mode

Lacoste : bienvenue chez M. René et Mme Simone

info mode

Balmain va lancer la saison des défilés parisiens avec un événement en péniche sur la Seine

info mode