Image default
Infos Mode

Fashion Week de Milan: un tour du monde en six défilés


La Semaine de la mode de Milan s’est achevée lundi sur un bilan positif retrouvant une animation et une effervescence dignes de l’époque pré-covid. Elle a réuni plus de 170 collections, intégrant encore dans son calendrier de nombreuses jeunes marques provenant du monde entier, comme en témoignent les défilés présentés dimanche et lors de sa journée de clôture, lundi. Tour d’horizon avec Münn, Lagos Space Programme, Maxivive, Maison Alvine Demanou, Hui et Ramzen, originaires respectivement de la Corée du Sud, du Nigéria, du Cameroun, de la Chine et de l’Arabie Saoudite.

Un modèle du label nigérian – Lagos Space Programme

Avec Lagos Space Programme (LSP), sa marque no gender fondée en 2014, le nigérian Adeju Thompson nous plonge dans la nuit africaine. Son film dégage une ambiance magique au milieu de plantes luxuriantes au son des tambours, entrecoupée d’images festives de cortèges de femmes en chemises de dentelles et robes de fêtes.

Pour l’été prochain, le styliste continue d’explorer la richesse du patrimoine africain et ses savoir-faire ancestraux à travers des étoffes à la fois sobres et précieuses dans lesquelles tailler des boubous princiers, mais aussi via des techniques artisanales pour froncer une tunique indigo ou tisser une robe-tablier. Sans oublier ses superbes bijoux en or mêlant esprit tribal et design contemporain.

L’une des créations inventives de PapaOyeyemi pour son label – Maxivive

Autre styliste nigérian, Papa Oyeyemi de Maxivive. Ce dernier s’inscrit pour sa part dans une autre démarche, affichant son goût pour une mode purement créative, où les influences africaines ne sont que citées en filigrane dans les couleurs, certains tissus et formes de vêtement. Il a fondé son label androgyne en 2007, très jeune, et cet esprit ludique imprègne sa collection aux zips, broderies et boutons arc-en-ciel, mêlé à une esthétique virile-sexy à coup de pièces ultra sensuelles et d’accessoires SM.

Sa garde-robe surprend par sa richesse en termes de matières et de coupes, mais aussi et surtout dans les détails et les finitions. Les combi-pantalons en dentelle noire sont ornées de cristaux colorés ou fleurs brodées, des bonnets résilles sont perlés, un sweat-shirt noir brodé s’ouvre dans le dos, des costumes sont taillés dans des étoffes à effet 3D texturées, dans une toile de jute ou encore dans du vinyle froncé. Tout semble le fruit d’une intense recherche.

Un look pour l’été 2022 de la maison coréenne – Münn

C’est dans les salons feutrés d’un palace que Hyun-min Han a filmé son défilé printemps-été 2022. Le lieu le plus approprié pour présenter les silhouettes chic au caractère trempé de Münn, la marque pour homme et femme lancée en 2013 à Séoul par le créateur coréen fan d’Alexander McQueen et d’Hussein Chalayan, diplômé du Samsung Art & Design Institute, et passé notamment chez Wooyoungmi.

Il revisite avec brio les classiques du vestiaire bourgeois féminin avec des jupes mi-longues taillées en biais dans des flanelles grises, des tailleurs et costumes-short en tweed très Chanel, tout comme le cardigan torsadé blanc bordé de noir. Sans oublier les vestes spencer à col en satin. Des fleurs blanches sont appliquées en riche broderie sur le col d’un manteau noir, tandis qu’un manteau trois-quarts est confectionné dans un denim. De maxi lunettes noires et de grosses chaînes-colliers en métal donnent une touche punk à l’ensemble.

Les silhouettes très féminines de l’été 2022 – Maison Alvine Demanou

Maison Alvine Demanou, figurant pour la première fois dans le programme des défilés milanais, a présenté elle aussi sa collection à travers une vidéo, tournée dans un palais vénitien. C’est à Venise, en effet que la camerounaise Alvine Djatsa Kingue a installé sa maison après un parcours atypique.

Son diplôme de droit en poche, la jeune femme se transfère une première fois dans la Cité des Doges pour y suivre un cours de mode. Après avoir effectué des collaborations avec des marques italiennes, elle revient en Afrique pour se ressourcer et repart à Venise pour y fonder sa propre maison, où elle mixe les tissus colorés de son continent et les savoir-faire de l’artisanat vénitien.  

Les imprimés aux couleurs vives et aux motifs fleuris ou géométriques ont la part belle dans cette collection, qui alterne tenues habillées et chic, avec d’élégants boubous, des robes fluides en mousseline ou des costumes-short, à un vestiaire plus estival composé de robes légères en coton à fines bretelles.

Hui Zhou Zhao célèbre la rencontre entre tradition chinoise et Occident – Hui

 
La veille, c’est la marque Hui, qui a fait ses débuts en présentiel sur les podiums milanais. Âgée de 49 ans, la créatrice chinoise Hui Zhou Zhao a lancé sa marque de prêt-à-porter de luxe en 2009. Sponsorisée par son mari entrepreneur, elle a amplifié son projet en créant en  2015 la fondation Hui Fund of Shenzhen Women qui préserve le patrimoine et les techniques ancestrales chinoises en faisant appel aux femmes artisanes des provinces du Yunnan et du Guizhou afin de les aider à s’émanciper.

C’est aussi une histoire d’émancipation féminine qui caractérise sa collection pour l’été prochain puisqu’elle s’inspire du Nu Shu, un système d’écriture apparu il y a 400 ans, utilisé secrètement et uniquement par les femmes appartenant à la minorité ethnique des Yao vivant dans la province du Hunan alors qu’il leur était interdit d’étudier.

La styliste reprend les signes de ce langage secret dans des imprimés ou de fines broderies sur différentes pièces de sa garde-robe, qui mélange traditions chinoises et esthétique chic occidentale en oscillant entre tenues mini et extra longues. Un body brodé se porte ainsi avec un long manteau sans manches descendant jusqu’aux pieds, un maxi kimono s’enfile sur un corsage-cravate et short bouffant en total look.

L’été sexy et joyeux de la maison – Ramzen

Autre maison à faire ses premiers pas à la Fashion Week de Milan, dans le programme des événements, Ramzen, lancée cette année par Abdul Al Romaizan, héritier d’une riche famille saoudienne active dans la joaillerie, l’immobilier et le secteur automobile.

Après des études aux États-Unis et un parcours éclectique qui l’a amené entre autres à s’illustrer dans l’événementiel organisant des mariages pour l’élite orientale, le designer s’installe à Milan et se concentre désormais sur sa marque de prêt-à-porter haut de gamme pour femme et homme, entièrement réalisée en Italie.

Ne lésinant pas sur les moyens, le styliste a organisé un défilé en grande pompe dans la cour d’un palais historique de Milan dévoilant une collection à l’esprit Eighties intitulée « joie de vivre ». La couleur violette et un imprimé de fleurs et de feux d’artifice comme peints à la main sont les deux thèmes principaux, qui sont déclinés dans la plupart des pièces. Des tenues sexy luxueuses clairement influencées par une esthétique ostentatoire à la Versace, Dolce & Gabbana et Philpp Plein.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com



Source link

Autres articles

Pour les contenus mode, YouTube mise sur le temps long

info mode

La Fashion Week de Milan s’offre un tour du monde créatif

info mode

Givenchy: Holly Gollightly en version inclusive pour les débuts de Matthew M. Williams

info mode