Image default
Infos Mode

Gucci enflamme Hollywood avec sa « Love Parade »


Gucci part à la conquête d’Hollywood avec un défilé mémorable. Pour dévoiler sa collection printemps-été 2022, le directeur artistique Alessandro Michele a tout simplement privatisé Hollywood Boulevard, la célèbre avenue étoilée, emblème du cinéma américain, y orchestrant mardi soir un show monstre devant un parterre de stars.
 

Une allure de star distingue la nouvelle collection – Gucci

Diane Keaton, Gwyneth Paltrow, Billie Eilish, Dakota Johnson, sans oublier Salma Hayek (qui est aussi la femme de François-Henri Pinault, le PDG de Kering détenant Gucci) étaient présentes, entre autres, au défilé, installées dans des fauteuils de metteur en scène le long du Walk of Fame illuminé par les sunlights et les enseignes colorées.
 
Sortant du légendaire cinéma TCL Chinese Theatre, les 115 mannequins, dont les acteurs Jared Leto et Macaulay Culkin, ont remonté le boulevard dans ce faisceau lumineux, accompagnés par la voix de Björk pour cette « Gucci Love Parade », nom de cet événement fortement inspiré de l’univers cinématographique. Alessandro Michele, dont la mère était assistante pour une maison de production à Cinecittà, a puisé, en effet, dans ses souvenirs d’enfance et les récits maternels sur cette usine à rêves pour concevoir sa nouvelle collection pour hommes et femmes.

Plumes, strass, lunettes noires, gants glamour, longues traînes, bas résille de femmes fatales… C’est toute la mythologie de l’âge d’or d’Hollywood qui se matérialise dans cette garde-robe, avec des références et silhouettes renvoyant inéluctablement aux grandes actrices de l’époque, de Rita Hayworth à Veronica Lake en passant par Joan Crawford.

Perchées sur leurs sandales à haut plateau années 1940, le regard caché par des lunettes de star, les femmes paradent dans leur fourreau en satin, de scintillantes robes longues en dentelle à volants ou encore dans de vaporeuses tenues en tulle.
 

Le nouvel homme – Gucci

Un infini boa jeté sur leurs épaules caresse le sol à leurs pieds, le revers d’un cardigan chic affiche un col fourré. Elles endossent aussi de somptueux costumes trois pièces en satin brillant ou de grands manteaux ébouriffés de plumes. Dans un registre plus sportif et décontracté, des brassières bustiers en vinyle sont associées à des leggings ou combinaisons moulantes.
 
L’homme enfile ces mêmes leggings sous une veste de smoking pour un effet ultra-chic. Chez lui, le nœud papillon est de rigueur, en version extra-large. Ses costumes à l’esprit délicieusement seventies se portent avec le gilet croisé très échancré en forme de U, typique des smokings. Il adore aussi le style cowboy avec son chapeau Stetson à larges revers et ses santiags. Des combinaisons workwear zippées tout du long ou déclinées en satin rose complètent le vestiaire. Naturellement, la plupart de ces modèles sont interchangeables entre femme et homme.
 
Un événement de taille pour Gucci, qui espère renouer avec de fortes croissances. Une grande opération de séduction, aussi, sur le fructueux marché américain alors que devrait être dévoilé sous peu le très attendu long métrage House of Gucci de Ridley Scott, avec notamment Lady Gaga, Adam Driver, Al Pacino… et Jared Leto.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com



Source link

Autres articles

Prada par Miuccia Prada et Raf Simons : le nouveau New Look

info mode

A Milan, la mode reprend vie

info mode

Envie de grand air et esprit ethnique chez Antonio Marras et Etro

info mode