Image default
Infos Mode

KidSuper enchante avec sa mode ludique et généreuse


“Qu’est-ce que vous voudriez faire avant de mourir ?” C’est à cette question que cherche à répondre, en toute simplicité, KidSuper dans la vidéo hilarante et pleine d’optimisme, inspirée des émissions de téléréalité, diffusée samedi à l’occasion de la Paris Fashion Week, pour présenter sa nouvelle collection. Aider son prochain à réaliser son rêve, tel est le défi que s’est lancé cette saison le facétieux créateur américain Colm Dillane (29 ans).

Colm Dillane, à droite, sur un radeau de fortune avec ses copains – KidSuper

Installé dans un petit théâtre en carton-pâte ambulant à Washington Square Park, dans le quartier new-yorkais de Greenwich Village, le styliste-peintre pose la fatidique question à près de 300 personnes et dresse le top 8 des désirs les plus fous des New-yorkais : sauter en parachute, tomber amoureux, s’entourer de sa famille, avoir un peu de chance, voyager, grimper sur l’Everest, jouer ou chanter en public et enfin vivre, tout simplement.

En insolite deus ex machina, Colm Dillane embarque tout le monde -femmes, hommes, jeunes, anciens, petits, grands, vagabonds ou autres personnalités, personnes de toutes les morphologies et provenant de tous horizons- pour les aider à accomplir leurs désirs. Y compris le sien, qui consiste à descendre le Mississippi en bateau avec des copains. A défaut de traverser ce fleuve mythique, le créateur vogue sur la baie de New York sur un radeau de fortune confectionné par ses soins, jouant de la musique et festoyant avec sa bande de potes sous la statue de la liberté.

Du saut en parachute au dîner romantique aux chandelles sur les toits de New York, en passant par le repas de famille pantagruélique, les scènes, loufoques, tendres ou émouvantes, se succèdent dans le même esprit joyeux et bon enfant avec les protagonistes revêtus de la collection printemps-été 2022.

Deux modèles artistiques typiques du label – KidSuper

Des manteaux, pantalons et vestes patchworks composés d’une série de portraits à l’encre de Chine aux costumes aux teintes vives décorés cette fois de visages peints à la gouache, tout comme les chemises bariolées ou à rayures esquissées au pinceau, c’est tout l’univers de l’artiste, né de mère espagnole et de père irlandais, qui surgit dans ses vêtements mêlant coupes tayloring et esprit arty ou se déployant sur de fluides robes foulards en soie peinte.

Ailleurs, ce sont des petits personnages qui grimpent sur les genoux d’un pantalon de survêtement ou s’affrontent sur le devant d’une veste, tandis qu’un bonhomme voit son corps se prolonger d’une veste au pantalon. Un costume bermuda rouge est orné quant de slogans et les œuvres de l’artiste se retrouvent reproduites en maille dans des pull-over jacquards, tandis que les silhouettes sont parfois réhaussées d’un bob haut de forme à carreaux.

Avec cette collection, Colm Dillane confirme son talent et son sens du jeu et du partage. Electron libre, il s’est entouré dès le lancement de sa griffe, en 2017, d’un collectif de créatifs et d’artistes partageant son même espace-atelier à Williamsburgh dans le quartier branché de Brooklyn, à New York, transformant Superkids Studios en une plateforme ouverte à l’art, la peinture, la musique, la mode, la vidéo ou le voyage.

Un modèle féminin en soie pour l’été 2022 – KidSuper

De multiples expériences en collaborations (notamment avec Nike, Puma, les rappeurs Russ et Dominic Fike), celui qui vendait des t-shirts à la cafétéria du lycée n’a cessé de poursuivre avec un naturel désarmant une trajectoire constellée d’étoiles, qui l’a mené à transformer en quelques années sa maison en une marque culte de streetwear, inscrite au calendrier parisien des défilés masculins et figurant cette année parmi les finalistes du très prestigieux Prix LVMH. Un succès, qu’il n’aurait probablement jamais appelé de ses vœux si on lui avait posé la question : “Qu’est-ce que tu rêverais de faire avant de mourir ?”

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com



Source link

Autres articles

London Fashion Week: une saison virtuelle imbibée d’une “French touch”

info mode

Face à la situation sanitaire, Fashion Week et salons de Copenhague passent au digital

info mode

BasicNet met le turbo sur K-Way

info mode