Image default
Infos Mode

L’été vitaminé d’Etro, MSGM et Sunnei


L’été prochain sera chaud, intense et lumineux. Ainsi en ont décidé les couturiers milanais, qui ont présenté, dimanche, des collections masculines aériennes, aux couleurs vitaminées. L’esprit est joyeux et enfin insouciant. Chez MSGM, les mannequins plongent dans l’eau. Chez Etro, ils arpentent la voie ferrée. Sunnei s’amuse pour sa part à habiller virtuellement ses propres équipes !

La couleur explose sur les podiums milanais, comme ici chez le label – Etro

 

MSGM, sous le soleil exactement

 
De l’aube au coucher du soleil, les pieds dans l’eau. Tournée pendant deux jours dans une petite baie de la Maremme, en Toscane, la vidéo baignée de lumière de la collection MSGM printemps-été 2022 immerge littéralement les mannequins dans la grande bleue, tout habillés. Les imprimés aquarellés de certains ensembles impalpables en viscose semblent se fondre dans les reflets de l’eau.

Les vêtements flottent et collent à la peau, laissant apparaître en transparence, dans un effet distordu, les créatures marines, qui ponctuent ce vestiaire estival. Ici, un gros crabe corail crapahute sur la poitrine d’un sweat-shirt effiloché en coton bouclé. Là, une truite géante rouge surgit, la gueule grande ouverte, sur un pull jacquard. Les autres motifs vont des coquillages « punks » affublés de piercings aux petits requins s’enroulant dans les vagues en écusson.
 
En chemisettes et amples shorts, pantalons imprimés ou modèle cargo beige à maxi poches, un groupe de garçon se prélasse en bord de mer. Certains endossent des tricots lâches ou des maillots de corps torsadés, glycine ou verts, d’autres des costumes tie and dye comme déteints par le soleil grâce à un procédé de lavage particulier. Des palmiers projettent leur ombre sur des habits à rayures. Tout en maintenant l’esprit jeune et fun, qui caractérise sa marque, Massimo Giorgetti enrichit pour la première fois sa collection d’une importante recherche artisanale.

Des tonalités vibrantes pour la marque – MSGM

 
« Pour cette reprise  après ce 2020 pandémique, j’ai voulu réaliser quelque chose de spécial, quitte à augmenter un peu les prix sur les pièces les plus recherchées. On retrouve donc un concentré du DNA de la marque avec nylons et cotons stretch, mais en parallèle toute la maille faite à la main et certains traitements dans les teintes et tissus sont des nouveautés pour nous », explique le designer de MSGM à un petit groupe de journalistes après la diffusion de son film.
 
En particulier, de fins chandails lâches en mohair, tricotés à la main, décorés d’une sirène comme reproduite au pochoir, glissent sur la peau, tandis que de volumineux pull-over oversized sont tressés à partir de rubans de coton organique recyclé pour un effet tridimensionnel. Des chemises en popeline turquoises sont ajourées à la manière d’une dentelle. D’autres couleurs illuminent la collection, tels ces orange, rouge, bleu et vert intenses, cette nuance abricot ou encore ces jaune fluo.
 

Etro en technicolor

On retrouve la même palette, qui « transmet énergie et optimisme » chez Etro. Que ce soit dans des costumes monochromes, portés torse nu, déclinés dans des couleurs vives (orange, vert pomme, rose shocking), ou taillés dans des dégradés tie and dye, allant du lime au vert et du jaune à l’oranger. Des pantalons métallisés turquoises, verts ou violets sont associés à des t-shirts à manches longues dans d’autres coloris en contraste ou à des tricots jacquards dans mes mêmes tons.
 

Les dégradés subtils de l’été prochain – Etro

Le directeur artistique Kean Etro a conçu une collection pour poètes nomades, choisissant de faire défiler ses mannequins pour de vrai en plein air, face à un public restreint, sur les rails abandonnés de l’ex-dépôt ferroviaire milanais Scalo Farini. Le gilets sans manches s’ouvrent latéralement, des tuniques djellaba flottent autour du corps, les chemises fleuries en soie légère aux boutons de perles se portent ouvertes, enfilées dans de confortables pantalons coulisse.
 

Sunnei mise sur la personnalisation

 
Profitant de la Fashion Week masculine, le français Loris Messina et l’italien Simone Rizzo ont dévoilé le troisième chapitre de leur projet Sunnei Canvas dans le showroom qu’ils viennent d’inaugurer à Milan. Dans un grand espace épuré, disséminé d’écrans géants et d’écrans tactiles plus petits, les designers ont disposé tout au fond les quelques 80 pièces en coton grège blanc de ce qu’ils considèrent leur pré-collection.

Aux acheteurs de customiser leurs commandes via la plateforme Canvas en choisissant parmi les 3.000 variantes possibles en termes de matières, tissus, couleurs et formes. Que ce soit pour les vêtements ou les accessoires. Cette saison, ce sont les membres des propres équipes de Sunnei qui ont joué les mannequins, prêtant leurs traits aux avatars conçus en 3D pour illustrer en ligne les différents modèles du catalogue.

Le nouveau showroom de Sunnei – ph Dominique Muret

Lancé en juillet 2020, le projet prend forme concrètement ces jours-ci avec le lancement des premières pièces personnalisées dans la trentaine de boutiques top, telles que Ssense, Modes, le Printemps, Tom Greyhound ou Luisa Via Roma, sélectionnées pour participer au projet. Par ailleurs, Sunnei ajoute une nouveauté à son programme. Le label teste la formule auprès du public à compter de cette semaine, permettant au consommateur direct de personnaliser un t-shirt ou un sac.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com



Source link

Autres articles

La femme fatale de Jil Sander, la skieuse olympique de Thom Browne

info mode

La Fashion Week de Milan injecte une dose de positivité sur les podiums

info mode

Schiaparelli ouvre la Haute Couture parisienne avec le surréalisme flamboyant de Daniel Roseberry

info mode