Image default
Infos Mode

Missoni raconte l’année 2020 à travers sa garde-robe pour l’hiver 2021


Publié le



24 févr. 2021

Première maison à ouvrir la Semaine des défilés, Missoni s’est illustrée, mercredi, par son don de la synthèse. Un impératif en ces temps de communication digitale à outrance. En un peu plus de trois minutes, le temps d’écouter la chanson « Mad Word » de Tears for Fears dans la très belle reprise d’Underwaters, et un seul long plan séquence, elle est parvenue à condenser dans son court-métrage l’année qui vient de s’écouler. L’occasion pour la griffe italienne spécialiste de la maille de présenter sa collection pour l’automne-hiver 2021/22, tout en racontant sa récente transformation. 

La maison met en avant ses célèbres rayures pour l’hiver 2021-22 – Missoni

 
« En pleine pandémie, nous avons embauché un directeur général ! (Livio Proli ndlr). C’est exactement, ce qu’il nous fallait. Et nous avons travaillé pendant un an à réorganiser l’entreprise de fond en comble. Tout a été revu dans les moindres détails, de la ligne jeune M Missoni, à notre ligne de maison Missoni Home, qui a clos 2020 en hausse, en passant par la restructuration de la collection principale. Cela a été une année intense équivalant à dix précédemment « , résume la présidente et directrice artistique Angela Missoni dans son showroom milanais devant une poignée de journalistes.
 
L’offre a été repensée en faisant la part belle aux vêtements décontractés et leisure. « Nous avons resserré la collection aussi, en analysant mieux l’assortiment. Nous nous sommes concentrés davantage en travaillant le merchandising pour arriver à l’essence de la garde-robe. N’étant plus contraints par le défilé, nous avons pu nous limiter à 60 silhouettes et 120 pièces au lieu de 200 habituellement. Ce qui est plus écologique et sensé », indique encore la styliste.

Et de noter comment « jusqu’ici, nous étions obligés de créer deux fois an, l’été et l’hiver, des collections importantes, qui certes avaient une grande visibilité, mais qui au final se vendaient beaucoup moins par rapport aux pré-collections ».
 
“Pour la vidéo, j’ai voulu rendre plus réaliste la garde-robe d’aujourd’hui, où se mêlent les vêtements que nous utilisons toutes les saisons. J’ai ainsi pioché dans les créations, que j’ai réalisées au printemps, à l’été et à l’automne derniers tout en les mélangeant avec ma nouvelle collection hivernale », résume Angela Missoni.
 
Le court-métrage, réalisé par Lorenzo Gironi avec la collaboration des costumières Patrizia Chericoni et Maria Vittoria Castegnaro, se déroule en un même lieu -la salle milanaise polyvalente pour sports et concerts du Forum d’Assago- suivant un groupe de jeunes femmes à travers une suite de diverses situations, qui s’enchainent dans un même et unique mouvement, symbolisant l’année parcourue.

Le film dégage fraîcheur et insouciance – Missoni

 
La première jeune fille, seule, isolée dans la pénombre du bowling en sous-sol, tourne le dos au public. Elle s’avance dans l’espace, qui s’élargit, à la rencontre de copines, qui se croisent  ou s’attardent à bavarder, en extérieur ou à l’intérieur, dans un va et vient continu.

La caméra tourne ensuite autour de huit mannequins posant en maillot de bain et lunettes noires sur les tables d’une immense salle d’examen, baignée par une insolite lumière chaude. Un couloir illuminé comme une boîte de nuit accueille juste après ces demoiselles échangeant rires et quelques pas de danse, jusqu’à la course libératrice du final dans une passerelle vitrée censée les faire sortir de ce tunnel.
 
Tout respire la légèreté, la douceur et le confort avec un vestiaire décliné dans des teintes délicates (vert menthe, bleu ciel, gris, beige), où prédominent les pièces en maille, des tricots ultra légers aux longues capes caftans tricotées, en passant par de multiples robes scintillantes en lurex. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com



Source link

Autres articles

La Fashion Week de Milan injecte une dose de positivité sur les podiums

info mode

Balmain va lancer la saison des défilés parisiens avec un événement en péniche sur la Seine

info mode

Schiaparelli : du surréalisme pour notre époque

info mode