Infos Mode

Pas de défilé pour Saint Laurent, mais une balade éblouissante sur les toits de Paris


Saint Laurent frappe fort avec un film époustouflant. La maison de luxe de Kering, qui est sortie en avril du calendrier officiel des Fashion Weeks de Paris, a joué la carte du tout digital pour dévoiler la collection homme printemps-été 2021 de son directeur créatif Anthony Vaccarello. Le 9 septembre, elle a diffusé sur la toile une vidéo aux effets spectaculaires, catapultant ses mannequins sur les toits de Paris dans une course effrénée à couper le souffle.

La balade entre ciel et terre de l’homme – Saint Laurent

Dans la lumière du soleil couchant, qui pose ses derniers rayons sur la ville, cheveux longs dans le vent, sveltes dans leur costume slim, le pardessus léger volant dans le dos, quelques modèles acrobates se lancent à l’assaut des plus beaux monuments de la capitale… Ne se contentant pas seulement de Paris, puisqu’ils s’attaquent aussi à la Grande Muraille de Chine et au pont de Brooklyn à New York !

L’escalade débute à Montmartre sur les coupoles de la basilique du Sacré-Cœur, pour continuer par une course haletante sur les toits, ponctuée de glissades périlleuses et de bonds dans le vide.

“No matter how long the night is” (Peu importe la durée de la nuit). Tel est le titre de ce court-métrage de six minutes tourné par Nathalie Canguilhem sur une idée d’Anthony Vaccarello, accompagné de la bande-son entêtante du musicien électro Sebastian. Deux collaborateurs récurrents de la maison de luxe.

La vidéo de la collection Homme Saint Laurent pour l’été prochain

Tout y passe: les réverbères, la cour du Palais-Royal, l’Hôtel des Invalides et sa coupole dorée, le Trocadéro, sur lesquels se hisse en courant avec une agilité déconcertante cette bande de garçons casse-cou, mêlant looks de rockeurs sixties et esthétique cool avec chemise hawaïenne et blouson aux imprimés palmier, avant de s’octroyer une pause sur les marches du Petit Palais, au pied de l’immense grille dorée Art Nouveau de l’entrée.

De là, il n’y a qu’à traverser la rue pour tenter l’ascension du Grand Palais. Tant pis si ça tourne mal. Le plongeon au centre de la nef, à travers la grande verrière, qui vole en éclats, semble procurer une belle adrénaline à l’imprudent voltigeur.
 

Paris vu sous l’œil amusé de la marque – Saint Laurent

Et c’est reparti pour une infinie course-poursuite, où l’on entrevoit l’espace de quelques secondes l’égérie maison, Charlotte Gainsbourg, en invitée surprise.

Ne manque plus que l’assaut de la Tour Eiffel, qui s’illumine soudain dans la nuit.
Collé à son flanc, un podium en verre transparent, suspendu à mi-hauteur, accueille la dernière partie de ce défilé, où la réalité se mêle subtilement aux effets spéciaux.

Grâce à la technologie, Saint Laurent s’offre le défilé de l’impossible, laissant opérer la magie de la mode et du digital. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com



Source link

Autres articles

Louis Vuitton : composition sur la petite musique du temps qui passe

info mode

Une armoire séchante pour respecter votre linge

Journal

Le dernier jour de la Paris Fashion Week masculine, comme la bande-annonce d’un grand film

info mode