Infos Mode

Schiaparelli : du surréalisme pour notre époque


Voilà une maison qui prend de l’ampleur : Schiaparelli, où le couturier Daniel Roseberry a dévoilé ses dernières idées de prêt-à-porter ce dimanche dans un shooting photo réalisé par ses soins.

Schiaparelli – Printemps-été 2021 – Prêt-à-porter féminin – Paris – Photo: Daniel Roseberry – Foto: Daniel Roseberry

 
Perfectionnant l’ADN de la marque en y injectant une bonne dose d’esprit surréaliste, Daniel Roseberry a présenté de nombreuses interprétations décalées de l’esthétique classique de Schiaparelli, des coupes racées aux capuchons de doigts et boucles d’oreille en forme de mini homards, tout en ajoutant une dose novatrice de sportswear à l’américaine.

Pour son premier shooting, Daniel Roseberry a suivi ses propres pas, depuis son appartement de la rue Seine jusqu’au siège de Schiaparelli, Place Vendôme. Saisissant au passage certains de ses lieux favoris à Paris – de La Palette au Pont des Arts ou au Café Voltaire, sur la Seine, où un charmant salon possède un miroir de Jean-Michel Frank, offert par Elsa.

Roseberry a dévoilé deux fils conducteurs ultra mode : des robes du soir volumineuses, cintrées à la taille, que le couturier qualifiait en souriant de “très Saint Laurent”, et des coupes strictes – comme ce tailleur pantalon trois pièces masculin, dont le galon était parachevé d’un côté par un mètre ruban, twist classique chez “Schiap”». Et la nouvelle influence sportswear américaine de Daniel incluait des sweatshirts en laine fine – avec un objet fétiche d’Elsa, des anneaux de téton dorés – et de superbes jeans écru délavés, avec une demi-douzaine de boutons doré au dos.

Ailleurs, il a inondé le moindre poignet, revers, col ou bouton de quincaillerie, imposant intelligemment les signifiants et la sémiotique Schiaparelli avec le minimum de logos. Des touches dorées partout – vues sur cette robe-manteau smoking à la coupe sensationnelle, portée avec un chapeau melon géant, ou ce top filet transparent. Ou encore ce collier massif à double chaîne, avec un pendentif représentant une chèvre stoïque affublée d’une queue de sirène, arboré sur une robe du soir en soie de femme fatale. Et les capuchons d’orteil dorés de Daniel Roseberry avaient des bagues en diamant entrelacées dedans, tandis que ses anneaux aux doigts étaient parsemés de mini cadenas.
 

Schiaparelli – Printemps-été 2021 – Prêt-à-porter féminin – Paris – Photo: Daniel Roseberry – Foto: Daniel Roseberry

“Il s’agissait tout simplement de saisir la femme Schiaparelli dans son milieu naturel. Il y a eu quelques moments de ce shooting où j’ai eu vraiment le sentiment de l’avoir trouvée. J’étais vraiment soulagé. Et je ne sais pas si j’en serai arrivé là si j’avais laissé quelqu’un d’autre prendre les photos. À trouver cette approche véritablement moderne du surréalisme, qui reste neuve, et tout à fait elle”, expliquait Daniel Roseberry, qui a passé le confinement dans son appartement du centre de Manhattan, avant de pouvoir rentrer à Paris cet été.

La maison a également dévoilé une vidéo, mix entre making of du shooting et de plans sur Daniel en train d’esquisser ses idées à la fenêtre de son luxueux bureau d’angle, situé dans un bâtiment XVIIIème à l’entrée nord de la belle Place Vendôme de Jules Hardouin-Mansart, avec une superbe vue sur la fameuse colonne de Napoléon. Regardez cette vidéo, et vous en conviendrez : certes, ce n’est pas un boulot facile, mais il faut bien que quelqu’un s’en charge.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com



Source link

Autres articles

Michael Kors renonce à son tour à défiler en septembre

info mode

A défaut de public, le show de Giorgio Armani sera retransmis à la télé italienne

info mode

En attendant sa réouverture, la Samaritaine accueille le défilé Louis Vuitton

info mode