Image default
Santé - Bien être

Angiographie aortique : définition, cause, symptômes, traitement

L’angiographie aortique est une procédure supposant l’emploi de colorants et la réalisation de radiographie dans le but de déceler d’éventuels problèmes d’écoulement sanguin par l’aorte. L’aorte est la principale artère du corps. Elle part du ventricule gauche et se prolonge jusqu’à l’abdomen. Elle alimente l’ensemble du corps en sang enrichi en oxygène.

Une angiographie aortique, également appelée angiogramme, permet de déceler un certain nombre de défauts et de problèmes fonctionnels de l’aorte. L’utilisation de colorants dans la radiographie permet d’améliorer la visibilité pour identifier à la fois des défauts fixes et des anomalies d’écoulement sanguin.

Votre médecin peut prescrire une angiographie aortique s’il a lieu de penser qu’il est possible que vous souffriez de problèmes aortiques. Ces problèmes peuvent notamment être :

  • un anévrisme, qui est une hernie de l’aorte ;
  • une dissection aortique (saignement des parois de l’aorte) ;
  • une régurgitation aortique ou sténose aortique (le sang retourne dans le ventricule) ; ou
  • des malformations congénitales, telles qu’un arc aortique double ;
  • une inflammation de l’aorte (maladie de Takayashu) ;
  • une lésion de l’aorte due à un traumatisme ou à d’autres problèmes ;
  • une artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) ;
  • des douleurs thoraciques récurrentes.

Un angiogramme est souvent réalisé à titre d’examen de suivi d’autres tests (non invasifs), tels qu’une imagerie par résonance magnétique, un tomodensitogramme ou une échographie.

Aucune intervention chirurgicale n’est totalement exempte de risques, et notamment de risque d’infection ou de complications liées à un saignement, tels que des problèmes de coagulation. Selon la clinique Mayo (Mayo Clinic), les complications importantes liées à l’angiographie sont rares (Mayo Clinic). Risques potentiels liés à une angiographie :

  • réaction allergique au produit colorant ;
  • blocage de l’artère ;
  • formation de caillots sanguins ;
  • formation d’ecchymoses ;
  • crise cardiaque ;
  • infection ;
  • lésion aortique ;
  • rythmes cardiaques irréguliers ;
  • lésions rénales ;
  • accident vasculaire cérébral (AVC) ;
  • déchirure artérielle.

Les problèmes importants sont toutefois rares.

Avant le test, le médecin procédera à un examen physique complet. Celui-ci inclura le contrôle de votre tension sanguine et d’autres signes vitaux. Indiquez à votre médecin les médicaments et suppléments que vous prenez, délivrés sur ordonnance ou en vente libre.

Votre médecin vous communiquera des instructions spécifiques concernant ce que vous devez faire avant le test. Il est, en général, demandé au patient de jeûner durant 12 heures avant la procédure, de consommer uniquement des liquides, et d’interrompre tout traitement affectant la coagulation sanguine.

Avant l’intervention, il vous sera demandé de revêtir une blouse de patient. Un infirmier rasera une petite zone de peau sur votre jambe, à proximité de l’aine. Des sédatifs et, le cas échéant, une anesthésie, vous seront administrés par voie intraveineuse. Des antidouleurs seront injectés sur le site de la région de l’aine où votre médecin pratiquera une incision.

Lorsque vous aurez été préparé(e), vous serez acheminé(e) dans la salle où le médecin va procéder au test.

Lors de la plupart des angiogrammes, le patient demeure éveillé durant la procédure.

Les angiographies aortiques se déroulent sous un appareil radiographique. Il est possible que vous soyez attaché(e) à la table dans la mesure où celle-ci sera inclinée.

Le chirurgien va pratiquer une petite incision au niveau de l’aine. Il installera un petit tube en plastique appelé gaine , destiné à éviter que l’ouverture ne se referme. Par cette ouverture, le médecin insèrera un tube fin appelé cathéter. Il le guidera dans vos artères jusque dans l’aorte.

Du fait de l’absence de nerfs dans les artères, l’insertion du cathéter est en principe indolore. Si vous éprouvez de la douleur ou de l’inconfort, informez-en votre médecin.

Lorsque le médecin parvient à l’endroit de l’aorte qu’il souhaitait atteindre, il injecte le colorant par le cathéter. Il suit sa diffusion dans vos artères au moyen de l’appareil radiographique. Votre médecin recherche des blocages ou modifications de l’aorte. Le but est de vérifier si le sang s’écoule normalement partout et d’identifier d’éventuelles obstructions.

La durée d’un angiogramme n’excède d’ordinaire pas une heure. Une fois le cathéter ôté, une pression est appliquée localement pour interrompre le saignement et un pansement est appliqué. Par la suite, vous vous reposerez dans une autre pièce. Vous devrez demeurer allongé(e) pour éviter que le saignement ne reprenne. Vous serez surveillé(e) pour éviter d’éventuelles complications. Vous devrez boire en quantité pour éliminer le colorant de votre système.

Il est possible que vous soyez autorisé(e) à rentrer chez vous le jour-même. En cas de complication ou si une intervention urgente est nécessaire, vous devrez toutefois rester à l’hôpital.

Les résultats de l’examen sont disponibles immédiatement. Votre médecin sera donc en mesure de vous informer de ce qu’a montré l’angiogramme et de vous indiquer si d’autres examens ou procédures sont nécessaires.

Une fois rentré(e) chez-vous, vous devrez veiller à la bonne cicatrisation de l’incision. Des instructions vous seront communiquées pour vous expliquer comment faire pour que le site demeure propre et quand changer les pansements.

Votre médecin vous donnera peut être également d’autres instructions quant aux soins. Il est possible que, durant quelques jours, vous deviez éviter de conduire ou de soulever des charges lourdes.

Autres articles

Les calculs biliaires : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Biopsie du col de l’utérus : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Masque amande et eau d’hamamélis

Irene