Image default
Santé - Bien être

Comprendre les Interruptions structurées du traitement (IST) : définition, cause, symptômes, traitement

Il y a un peu plus d’une dizaine d’années, des chercheurs et des experts de la santé pensaient que les Interruptions structurées du traitement (IST) avaient beaucoup de potentiel pour le traitement du virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Les médicaments anti-VIH sont chers, complexes et massifs. De plus, il existe toujours un risque de toxicité des médicaments et d’effets secondaires sévères. Toutefois, des recherches supplémentaires ont soulevé des doutes sur cette suspension programmée du traitement contre le VIH, la rendant encore plus controversée parmi les professionnels de la santé.

Qu’est-ce qu’une Interruption structurée du traitement ?

L’évolution de l’homme s’étend sur des milliers d’années. L’évolution de la maladie ne prend pas toujours autant de temps. Dans le cas du VIH, l’évolution peut être très rapide, quelquefois même en l’espace d’une journée. Chaque jour, notre corps produit des millions de nouvelles cellules. Lorsque le VIH envahit le corps, il commence à se répliquer et à créer de plus en plus de cellules infectées par le VIH. Les médicaments anti-VIH sont conçus pour ralentir ou interrompre le processus de réplication. Toutefois, les cellules infectées par le VIH peuvent commencer à subir une mutation et devenir résistantes aux médicaments.

C’est sur ce principe que les interruptions structurées du traitement ont été basées, que l’on appelle également fenêtre thérapeutique. Les chercheurs se sont posés la question suivante : Si un patient devient résistant à un médicament particulier, le fait de lui enlever ce traitement ne permettrait-il pas d’inverser le processus des cellules pour les faire revenir à leur état initial ? Ceci voudrait dire que le patient pourrait prendre à nouveau son traitement et que celui-ci serait aussi efficace qu’auparavant pour combattre les cellules infectées. Plusieurs études préliminaires ont été réalisées à petite échelle et elles ont démontré que oui, une fenêtre thérapeutique, ou IST, pouvait être efficace pour réduire le nombre de cellules résistantes aux médicaments. La plupart des médecins hésitaient toutefois à adopter cette nouvelle méthode de traitement car ils préféraient attendre les résultats d’études conduites à plus grande échelle. Lorsque des études à plus grande échelle ont été lancées pour examiner les effets des IST sur le traitement du VIH, les résultats scientifiques semblaient moins convaincants.

Risques des IST

L’étude appelée Strategies for Management of Anti-retroviral Therapy (SMART), qui a été conduite entre 2002 et 2006, concernait plus de 5 000 personnes séropositives et portait sur l’analyse des réactions de leur organisme lors des IST. Résultats : Les personnes ayant interrompu leur traitement couraient un risque plus important de décès et elles étaient plus susceptibles de subir des effets secondaires sévères comme des maladies du cœur, des reins ou du foie que les personnes qui avaient continué leur traitement. Les résultats étaient tellement clairs, en réalité, que les médecins ayant lancé cette étude y ont vite mis fin car le risque pour les patients était trop important.

L’étude a permis de conclure que beaucoup des patients qui avaient interrompu leur traitement antirétroviral avaient subi un rebond viral (augmentation de la charge virale) et un affaiblissement de leur système immunitaire, et ils ont constaté une évolution clinique.

Si vous décidez d’interrompre votre traitement de manière structurée, parlez-en d’abord à votre médecin. Il voudra sans doute vous contrôler régulièrement, vérifier votre charge virale, votre risque d’infection, le nombre de vos cellules T CD4+ et l’évolution de la maladie.

Avantages des IST

Contrairement à l’étude SMART, certaines études européennes d’envergure moins importantes ont constaté que les IST pouvaient être tout aussi efficaces que le traitement HAART (qu’on appelle souvent cocktail de médicaments contre le VIH/sida ) chez les personnes souhaitant augmenter leur durée de vie et réduire les symptômes du VIH.

Les personnes pour lesquelles les médicaments antirétroviraux ne conviennent pas peuvent décider de faire une interruption structurée du traitement car leur corps réagit négativement au traitement. Autres raisons pour lesquelles les IST pourraient être utiles : résistance à plusieurs médicaments, lorsque les cellules deviennent résistantes à plus d’un type de médicament anti-VIH ; transition vers un traitement de la médecine non conventionnelle ; réduction de la toxicité causée par les médicaments ; ou transition vers l’arrêt définitif de tout traitement.

Comment dialoguer avec votre médecin

Aujourd’hui, la méthode la plus populaire et la plus couramment utilisée pour prévenir la résistance aux médicaments est un traitement cocktail , ou HAART. Une combinaison de médicaments est moins susceptible d’entraîner des cellules résistantes du fait de leur mutation qu’un seul médicament. Néanmoins, votre médecin voudra peut-être vous faire essayer la fenêtre thérapeutique, en fonction de vos circonstances personnelles. S’il ne souhaite pas le faire, mais que cette solution vous intéresse, contactez un autre médecin ou professionnel de la santé qui pourra évaluer avec vous les pours et les contres d’une fenêtre thérapeutique dans votre cas.

Autres articles

Masque à la farine de pois chiches

Irene

Masque à la farine d’avoine

Irene

Vaccins pour les étudiants et les jeunes adultes : définition, cause, symptômes, traitement

Irene