Image default
Santé - Bien être

Comprimés, compléments et chirurgie : définition, cause, symptômes, traitement

Compte tenu du temps et des efforts que requiert un plan solide de perte de poids, les raccourcis du type comprimés, compléments et chirurgie peuvent avoir un certain attrait. Mais bien souvent, ils sont dangereux, échappent à toute réglementation ou trop beau pour être vrais. Avant d’opter pour un comprimer ou d’envisager une intervention chirurgicale, qui comporte toujours des risques, parfois mortels. Parlez-en avec votre médecin.

Comprimés et compléments

Associés à un régime sain et à l’activité physique, certains médicaments peuvent vous aider à atteindre votre objectif global de perte de poids. Toutefois, nombre de produits de régime en vente libre dans les magasins de produits de santé, en pharmacie et en ligne échappent à toute réglementation et peuvent contenir des ingrédients dangereux. Cela parce que les compléments et comprimés de régime ne doivent pas respecter les mêmes normes strictes que les médicaments délivrés sur ordonnance.

Alli, version en vente libre du médicament délivré sur ordonnance orlistat (Xenical), est l’un des comprimés de perte de poids les plus couramment vendus. Il fonctionne en réduisant l’absorption par le corps des corps gras contenus dans l’alimentation. Ces graisses non absorbées sont éliminées dans les selles. Il est donc essentiel que vous suiviez un régime dans lequel moins de 30 pour cent des calories quotidiennes proviennent de corps gras ; à défaut de quoi, vous connaîtrez des effets secondaires déplaisants, tels que des selles grasses ou des gaz accompagnés de tâches huileuses. D’ordinaire, les gélules d’orlistat doivent être prises trois fois par jour avec les repas. Parce que l’orlistat bloque l’absorption par votre corps de vitamines et de bêta-carotène solubles dans les corps gras, n’oubliez pas de compléter votre traitement par la prise quotidienne de compléments multi-vitaminiques contenant des vitamines A, D, E et K, ainsi que du bêta-carotène.

Les extraits de thé vert et de hoodia sont des compléments de régime très appréciés. Ils sont supposés booster le métabolisme des calories et des corps gras, et réduire l’appétit. Toutefois, des données scientifiques et des recherches solides ne vont pas dans ce sens.

L’éphédra est un complément destiné à réduire l’appétit ; il est néanmoins considéré comme dangereux. L’autorité américaine de l’alimentation et du médicament (U.S. Food and Drug Administration, FDA) a interdit à la vente les suppléments à base d’éphédra en 1994.

Chirurgie de l’obésité

Il arrive qu’un médecin recommande à un patient obèse atteint de problèmes de santé liés à son poids, tels que le diabète, une maladie cardiovasculaire ou l’apnée du sommeil, d’opter pour une intervention chirurgicale. La chirurgie est, d’ordinaire, réservée aux hommes en surcharge pondérale de plus de 50 kg, et aux femmes en surcharge d’au moins 40 kg. Les chirurgies de l’obésité modifient le tube digestif, ce qui se traduit par une perte de poids importante. Parmi les plus courantes figurent le pontage gastrique de Roux-en-Y, qui réduit la taille de l’estomac ; la gastrectomie longitudinale en manchon, qui préserve une partie de la fonction stomacale tout en contournant l’essentiel de l’intestin ; et la gastroplastie par laparoscopie avec anneau gastrique, lors de laquelle un anneau gonflable est positionné autour de la partie supérieure de l’estomac, afin de limiter la quantité d’aliments que peut ingérer le patient.

Les patients chirurgicaux doivent suivre un régime spécialisé permettant au tube digestif de guérir, tout en encourageant et en préservant la perte de poids. Cette approche requiert une réduction considérable de l’apport alimentaire, qui débute d’ordinaire par un régime liquide durant le premier ou les deux premiers jours suivant l’intervention, suivis de deux à quatre semaines d’aliments en purée (haricots, blancs d’œufs, yaourt, fruits et légumes mous). Des aliments solides mous peuvent être ajoutés dans un troisième temps. Au bout de huit semaines, la plupart des patients peuvent reprendre la consommation d’aliments plus fermes. Il demeure néanmoins souhaitable d’éviter les aliments dont la digestion est difficile, tels que les noix, les graines, le popcorn, les fruits secs, les légumes filandreux ou fibreux (céleri, brocoli, maïs et choux), et des viandes dures.

La chirurgie de l’obésité ne va pas sans risques. Au nombre des effets secondaires figurent des infections, hernies, caillots sanguins et déficits nutritionnels. La taille de l’estomac étant considérablement réduite, des nausées et vomissements peuvent survenir lorsque la consommation d’aliments ou de boissons des patients excède une faible quantité. Le fait de manger ou de boire trop vite peut être à l’origine d’un syndrome de décharge. Celui-ci survient lorsque des aliments ou liquides entrent dans votre intestin rapidement et en quantité supérieure à la normale, entraînant des nausées, vomissements, diarrhées et étourdissements, ainsi qu’une sudation abondante. Moyennant une attention, des soins et un exercice adéquat, les patients ayant subi une chirurgie de l’obésité peuvent espérer perdre 50 % à 60 % de leur excédent de poids au cours des deux ans suivant l’intervention.

Autres articles

Masque miel, crème fraîche et huile d’olive

Irene

Acrodysostose : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Présentation générale de l’épilepsie : définition, cause, symptômes, traitement

Irene