Image default
Santé - Bien être

Symptômes du cancer du col utérin : définition, cause, symptômes, traitement

Il est important pour les femmes de savoir reconnaître les symptômes du virus du papillome humain (VPH), car certaines souches du VPH sont à l’origine du cancer du col utérin. Il est également important pour elles de savoir reconnaître les symptômes des verrues génitales chez un partenaire (homme ou femme), car certaines souches du VPH causent aussi des verrues génitales. De même, les hommes doivent être bien informés au sujet du VPH afin de savoir reconnaître ses symptômes sur eux-mêmes ou sur leurs partenaires.

La première chose à savoir concernant le VPH, néanmoins, est que pour une large proportion des personnes infectées, ce virus est quasiment indétectable et ne produit aucun symptôme. L’Institut national des allergies et maladies infectieuses (NIAID rapporte ainsi que la moitié des femmes infectées par le VPH – et une proportion encore plus grande chez les hommes – ne souffrent d’aucun symptôme particulier.

Verrues et excroissances

Chez certaines personnes, les types de virus VPH qui causent le cancer du col utérin (principalement les souches 16 et 18, ainsi que les souches 33 et 35) entraînent la formation de minuscules excroissances en forme de mamelon (papilles) autour des organes génitaux. D’ailleurs, le terme papillome vient du mot latin qui signifie mamelon. Ces excroissances peuvent mesurer à peine 1 millimètre (mm) – soit à peu près l’épaisseur d’une pièce de 10 centimes. Des croissances adjacentes, cependant, peuvent former des grappes en forme de chou-fleur qui atteignent plusieurs centimètres (cm) de diamètre (à peu près la largeur d’un M&Ms). Les souches de VPH généralement à l’origine de verrues génitales – les souches 6 et 11, peuvent également former des grappes en forme de chou-fleur autour des organes génitaux et de l’anus[1]

En raison de l’absence très fréquente de symptômes et de signes de la maladie, il est impossible de déterminer avec précision si vous ou votre partenaire êtes atteint du VPH. Le temps que des symptômes se manifestent, il y aura déjà eu transmission. Néanmoins, reconnaître les symptômes s’ils sont présents malgré tout vous permettra de commencer un traitement et, concernant les femmes, de subir plus souvent des examens de dépistage du cancer du col utérin, si votre médecin le juge utile.

Les excroissances ou amas bosselés qui peuvent se former après l’exposition au VPH se manifestent dans des endroits différents chez l’homme et chez la femme. Chez la femme, ils tendent à se manifester dans les régions humides comme les petites lèvres (lèvres vaginales internes) et près ou à l’intérieur de l’orifice vaginal. Ils peuvent aussi se manifester sur le col de l’utérus, la vulve, ou dans ou autour de l’anus. Chez l’homme, les verrues génitales peuvent apparaître sur le scrotum (les bourses), dans ou autour de l’anus, sur le gland ou le canal du pénis, ou sous le prépuce chez les hommes incirconcis. Parfois, les verrues génitales se manifestent au niveau de l’aine ou sur le haut des cuisses.

Les excroissances du VPH sont indolores, mais elles peuvent provoquer des démangeaisons. Les amas de grande taille peuvent provoquer des pertes ou même des saignements pendant les rapports sexuels ou d’autres contacts sexuels. Les verrues ont une apparence humide et leur couleur va du blanc nacré au rose, gris ou marron. La majorité des personnes (mais pas toutes) qui ont un contact sexuel avec une personne atteinte du VPH développeront des verrues génitales dans les quelques semaines ou trois mois au plus après avoir été infectées.

Malheureusement, les femmes atteintes d’un cancer du col utérin ne souffrent souvent d’aucun symptôme avant que le cancer devienne invasif – c’est-à-dire que les cellules cancéreuses envahissent la couche supérieure du tissu cervical et attaquent les tissus inférieurs.

Symptômes possibles du cancer du col utérin, le cas échéant :

  • Saignements vaginaux irréguliers (voir ci-après)
  • Pertes vaginales à l’odeur déplaisante
  • Pertes vaginales teintées de sang
  • Douleur pelvienne ou dans le dos
  • Obstruction de la vessie causée par l’empiètement de la tumeur sur les structures des voies urinaires
  • Défécation difficile en raison de l’obstruction
  • Gonflement de la jambe lorsque le cancer envahit la paroi pelvienne, obstruant les vaisseaux par lesquels se dévide le liquide lymphatique

Des saignements irréguliers constituent le symptôme le plus courant du cancer du col utérin. Ces saignements peuvent se produire après des rapports sexuels ou entre les cycles menstruels. Ils peuvent même se manifester chez des femmes ménopausées qui n’ont plus de cycles menstruels. Un saignement vaginal chez la femme ménopausée doit être considéré comme un cancer de l’appareil génital jusqu’à preuve du contraire et requiert donc un examen médical.

Quelquefois, le saignement est à peine plus important qu’une perte vaginale striée de sang. Les femmes ont tendance à ignorer ce phénomène parce qu’elles ont l’habitude des saignements menstruels. Un saignement anormal ou irrégulier peut avoir de nombreuses raisons, certaines sérieuses, d’autres bénignes. Dans tous les cas, cependant, la cause doît être recherchée rapidement. Ignorer le problème peut avoir des conséquences terribles parce que cela risque de donner le temps à un cancer d’envahir les tissus internes du col de l’utérus, de s’étendre aux noeuds lymphatiques, et de métastaser dans d’autres organes et tissus.

Autres articles

Rupture du tympan : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Syndrome de Turner (Monosomie X) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Facteurs de risque pour la démence : définition, cause, symptômes, traitement

Irene