Image default
Santé - Bien être

Scintigraphie pulmonaire : définition, cause, symptômes, traitement

Une scintigraphie pulmonaire est une série de deux examens qui mesurent comment l’air et le sang circulent dans vos poumons (scintigraphie pulmonaire de ventilation), et également comment le sang alimente vos poumons (scintigraphie pulmonaire de perfusion). Les examens peuvent être effectués en même temps ou l’un après l’autre, mais on parle généralement d’un examen unique : la scintigraphie pulmonaire.

Au cours d’une scintigraphie pulmonaire, un colorant radioactif est injecté dans vos veines. Ce colorant sera détecté par un type spécial de scanner, et donnera à votre médecin des informations sur le fonctionnement de vos poumons. Le colorant va s’accumuler dans les zones où la circulation du sang est anormale, ce qui peut indiquer un blocage des artères pulmonaires.

Une scintigraphie pulmonaire est le plus souvent utilisée pour révéler une embolie pulmonaire, qui correspond à la formation de caillots sanguins dans les poumons. Les symptômes de l’embolie pulmonaire peuvent être un rythme cardiaque élevé, des troubles respiratoires, une diminution du taux de saturation en oxygène et des douleurs thoraciques.

Cette technique d’imagerie peut également être utilisée pour mettre en évidence d’autres troubles pulmonaires, ou pour vérifier le fonctionnement des poumons d’individus atteints de maladies pulmonaires. La scintigraphie pulmonaire peut être utilisée pour révéler ou tester le fonctionnement des poumons dans les situations suivantes :

  • infections ou inflammations des poumons, telles que bronchites, pneumopathies ou pneumonies
  • maladies pulmonaires chroniques, telles que la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) ou l’emphysème
  • épanchement pleural, qui se produit lorsque du liquide est présent autour des poumons
  • rétrécissement des artères pulmonaires
  • atélectasie, qui est un affaissement d’une zone du poumon
  • obstruction des voies respiratoires, qui peut être causée par une tumeur

Votre médecin vous expliquera la procédure de scintigraphie pulmonaire, ainsi que les risques qui y sont associés. On vous demandera de signer un formulaire de consentement une fois que toutes les explications vous auront été fournies et que l’on aura répondu à vos éventuelles questions.

Avant l’examen, vous devez indiquer à votre médecin si vous avez des allergies, en particulier aux produits de contraste ou au latex. Cela alertera votre médecin sur la possibilité d’une réaction allergique pendant l’examen, ainsi l’équipe médicale pourra se préparer à l’éventualité. Il est également important que vous informiez votre médecin si vous êtes enceinte ou que vous donnez le sein, car le produit de contraste peut être transmis au fœtus ou au lait maternel.

Enfin, vous devriez prévenir votre médecin si vous avez subi une scintigraphie dans les dernières 48 heures. Il peut en effet rester du produit radioactif dans votre organisme, ce qui peut modifier les résultats de l’examen.

Vous devriez porter des habits amples sans attaches métalliques lors de l’examen. On vous demandera d’ôter tout bijou métallique, il est dont peut être préférable de ne pas en porter le jour de l’examen.

On peut vous demander d’effectuer une radio de votre thorax dans les 24 à 48 heures précédant l’examen.

Pour ce test, vous devrez vous allonger sur une table d’examen. Un technicien vous posera alors une perfusion. Cette perfusion servira à injecter le produit de contraste radioactif dans votre flux sanguin, par l’intermédiaire d’une veine à l’intérieur de votre coude ou sur le dos de votre main. Vous pouvez ressentir une douleur de légère à modérée causée par la perfusion, qui peut ressembler à une sensation de piqûre.

Une fois que le produit de contraste radioactif aura été injecté, le technicien retirera la perfusion et vous serez placé sous un scanner spécial. Ce scanner détecte le produit de contraste et suivra le cheminement de la substance radioactive dans vos poumons via le flux sanguin. Vous devrez rester allongé pendant l’enregistrement des images. Cependant, le technicien peut vous demander de temps en temps de changer de position pour prendre certaines images.

Pour la suite de l’examen, on vous donnera une embouchure alors que vous resterez assis ou allongé sous le scanner. On vous demandera de respirer par l’embouchure, qui contient un gaz de substances radioactives. Le scanner prendra des images de vos poumons pendant que vous inhalerez le gaz.

On vous demandera de retenir votre respiration pour prendre certaines images. Quand le technicien aura enregistré toutes les images nécessaires, l’embouchure sera retirée, et vous pourrez quitter le scanner.

Il est important que vous buviez beaucoup de liquide après votre examen pour chasser les substances radioactives hors de votre organisme.

Il y a peu de risques liés à la scintigraphie pulmonaire. Cependant, certains problèmes peuvent survenir en raison de l’utilisation de substances radioactives et de l’insertion d’une perfusion. Risques potentiels :

  • saignement excessif au niveau de la perfusion
  • infection au niveau de la perfusion
  • réaction allergique au produit de contraste radioactif (rare)

Autres articles

Masque oeuf, eau de rose, maïzena

Irene

Saignement vaginal entre les règles : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

L’analyse de sang CA 125 : définition, cause, symptômes, traitement

Irene